Accueil Mémoire Documentation Le général de Gaulle au cœur de la mémoire et du patrimoine français

Le général de Gaulle au cœur de la mémoire et du patrimoine français

0
69
de_gaulle_en_captivite_avec_le_capitaine_charrue

Aujourd’hui, lundi 9 novembre, à l’occasion du cinquantième anniversaire de sa mort, (re)découvrez des anecdotes liés au général DE GAULLE. Entre notes de téléphone et récompenses multiples, le premier président de la Ve République n’aura plus de secrets pour vous !

Une des personnalités les plus décorées au monde

En plus d’être un personnage incontournable de l’Histoire française, le général de Gaulle fait partie des personnalités les plus décorées au monde ; avec 93 décorations, il est le Français le plus récompensé à l’étranger. Parmi toutes ces distinctions, la première attribuée fut la Croix de guerre 1914-1915 avec étoile. Cette dernière est exposée au musée de l’Ordre de la Libération à Paris, un établissement qui porte d’ailleurs le nom d’une distinction créée par le général de Gaulle lui-même en 1940.

Des frais réglés de sa poche !

Durant sa présidence, le général de Gaulle s’installa, comme il est de coutume, au palais de l’Elysée, résidence officielle des présidents français. Une fois investi, il mit un point d’honneur à payer lui-même une partie de ses factures. Un acte qui ne manqua pas de surprendre ! Parmi les frais réglés par le Général : ses conversations téléphoniques privées ainsi que les goûters pris par ses petits-enfants. Une volonté que de Gaulle appliqua durant ses deux mandats présidentiels.

Une sacoche en cuir qui traversa les âges

De 1931 à 1937, Charles de Gaulle n’était pas encore le personne historique que l’on connait ni l’auteur de déclarations fameuses comme « Paris outragé, Paris brisé, Paris martyrisé, mais Paris libéré ! ». A cette époque, il se rendait tous les jours à l’hôtel national des Invalides pour travailler au secrétariat général du conseil supérieur de la Défense nationale, où il y poursuit l’étude de ses réflexions et de ses théories sur l’armée de métier, l’emploi des blindés et la modernisation des conflits. Si vous souhaitez découvrir la sacoche en cuir qui l’accompagnait au quotidien, rendez-vous au musée de l’Armée à Paris.

Plusieurs tentatives d’évasion los de la Première Guerre mondiale

Pour de Gaulle, l’évasion n’est pas seulement un besoin de liberté, c’est aussi une façon d’agir contre l’ennemi. Le 15 octobre 1917, profitant d’une nuit d’orage, Charles de Gaulle descend à la corde la paroi rocheuse de 40 mètres qui entoure la forteresse de Rosenberg. Repris 10 jours plus tard, il s’évade de nouveau le 30 octobre, non plus par la muraille mais par la porte principale, déguisé en civil grâce à des vêtements, des postiches et des lunettes volées. Échouant encore, il est condamné à être enfermé 120 jours dans une pièce sans lumière, sans possibilité de lire et d’écrire.  Ses évasions, le général de Gaulle les a longuement décrites et illustrées avec des faits qu’il a fait authentifier par ses anciens compagnons de captivité pour obtenir la médaille des Évadés en 1926. Un moyen pour lui de surmonter le sentiment d’échec, d’inutilité et de gâchis lié à sa captivité.

Source : Ministère des Armées

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits dans Documentation
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

08/05/2012 : COMMEMORATION DE LA VICTOIRE DU 8 MAI 1945 A MENDE

Lors de cérémonie du 8 mai 2012, trois messages seront lus. Le message « Rhin e…